Outch … Pour l’Église catholique juste avant Pâques!

Le week-end dernier, je suis allée voir le film« Grâce à Dieu » qui raconte une histoire vécue en France, par des enfants abusés par un prêtre toujours vivant et … toujours en contact avec des enfants. Une histoire bouleversante même si elle n’est malheureusement pas unique en son genre.    
        En parallèle, je suis en train de lire le  livre « Sodoma »  de Frédéric Martel. L’auteur, un journaliste chevronné qui a fait enquête durant 4 ans auprès de prêtres, séminariste, évêques et cardinaux partout dans le monde nous révèle que c’est au Vatican que se trouve la plus grande communauté d’homosexuels au monde.
         La schizophrénie de l’Église est insondable: plus un prélat est homophobe en public, plus il est probable qu’il soit homosexuel en privé. Attention à ne pas amalgamer homosexualité et pédophilie. L’auteur ne fait pas cet amalgame, étant lui-même un homosexuel assumé. Il lève plutôt le voile sur l’hypocrisie entretenue pour « protéger » l’homosexualité non assumée de la majorité des ecclésiastiques de l’église. Il y explique que  durant les dernières décennies, l’homosexualité étant rejetée par la société, l’église catholique devenait un beau « refuge » pour ces hommes qui de plus, devaient faire voeu de chasteté. Protection parfaite de leur identité non assumée. 
     À la lumière de toutes ces révélations simultanées et dans la foulée de ce qui autrefois était appelée « semaine sainte » parce que précédée du dimanche de Pâques, l’incendie de Notre-Dame de Paris, bien que désolante, m’apparaît d ‘une synchronicité intéressante sur la « chute » de l’Église catholique un peu partout dans le monde … 
      Le film « Grâce à Dieu » se termine avec une question que le fils de celui qui a déclenché l’enquête pose à son père: « Crois-tu encore en Dieu? »  
       À l’heure des débats sociaux sur le port des signes religieux de tout ordre dans l’espace public, il m’apparaît important de faire la différence entre la foi et les représentants des « institutions » que sont devenues les religions. J’ai toujours cru que la foi est avant tout une expérience intime et personnelle qui pouvait être partagée ou non, mais qui ne doit aucunement faire l’objet de toute forme de propagande.
         Sur ce, je souhaite des joyeuses Pâques, à ceux qui, dans leur coeur, célèbre encore le message d’amour et d’espérance du Christ! Pour les autres, célébrez le printemps enfin arrivé et répandez votre joie de vivre sur cette planète qui en a bien besoin!

La p’tite vite…


La citation de la semaine

 « Ce qu’il faudrait, c’est toujours concéder à son prochain qu’il a une parcelle de vérité et non pas de dire que toute la vérité est à moi, à mon pays, à ma race, à ma religion. »
Amadou Hampâté Bâ

10 thoughts on “Outch … Pour l’Église catholique juste avant Pâques!”

  1. Tout ce que tu dis ci dessus est tellement vrai! Chacun a son Dieu mais il est le même pour tous.
    Tout ce qui ressort aujourd’hui ( j habite en France) et d autres histoires portées par des témoignages dans des reportages sortent au grand jour ( camps de vacances…) Honte à ceux qui se cachent derrière la transmission de la bonne parole . Portons si nous le voulons notre foi mais laissons loin de nous ces personnes.

  2. La foi religieuse est intérieure. Elle ne nécessite pas de confirmation extérieure. Son intériorité affirme son existence et ne nécessite pas de confirmation extérieure laquelle peut-être douteuse car elle ne garanti pas l’assise intérieure.
    Analogiquement, ceci me réfère aux riches du temple qui « garrochaient » des nuées de pièces de monnaie afin de démontrer leurs générosités alors que la plupart d’entre eux n’étaient que radins.
    Ces signes extérieurs, ce n’est pas nous, ce n’est pas notre culture. C’est un manque de respect envers ce que nous sommes.

    Dans un article révélateur paru en ligne sur MSN, dans le cadre d’un reportage de Catherine Kovacs de Radio Canada relativement à des enseignantes Musulmanes qui défendent le projet de loi sur la laïcité, voici une citation de l’une d’elle, Leila Bensalem, enseignante et militante pro-laïcité:
    « Je veux laisser les élèves libres de penser ce qu’ils veulent. Je respecte leur liberté de conscience. Pour moi, l’école n’est pas un lieu de culte, c’est un lieu d’apprentissage ».

  3. Beau sujet. Bien amener, mais au delà de la malveillance de certain prêtre et autres, qui nous fait voir le mauvais et qui doivent être puni. Nous parlons tellement d’eux, qu’on banalise presque que des parents ont fait la même choses à leurs enfants? Avec tous cela; Il n’est pas amener que beaucoup d’entre eux agissent bien avec les gens, qu’ils ont permis d’aider beaucoup de monde. Ils ont permis aux ouvriers de se lever contre le prolétariat trop puissant. Fait bâtir des routes et bien d’autres bienfaits pour la population. Mais cela ne fera pas la manchette. Alors a quelle moment prendrons nous le temps de voir le beau…

    1. Je suis bien d’accord aussi avec vous… J’ai moi-même eu d’excellentes expriences avec des religieuses et des religieux et des moins bonnes aussi. Mais tout ça est au-delà de la foi ou de la non-foi et est plutôt relié à des humains bienveillants envers les autres.

Répondre à Marjolaine Gaudreault Annuler la réponse.

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *